Actualités

 
 

26 Jan2016

Marchés financiers : les valeurs de qualité feront la différence


Avec plus de11 % de baisse depuis le 1er janvier pour le CAC 40, l'année 2016 commence bien mal.

La chute des cours est générale, elle touche tous les marchés et presque tous les secteurs d'activité. Ce plongeon s'explique par la faiblesse persistante du prix du pétrole (- 23 % en trois semaines pour le baril de Brent à Londres) et par la poursuite de la dégringolade des marchés asiatiques. La Bourse de Hong Kong est tombée à un plus bas niveau de quatre ans. Les investisseurs ont surtout l'impression que la croissance se dérobe dans le monde.

Christine Lagarde, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), a déclaré en début de semaine que "l'année qui commence sera marquée par de redoutables défis". Les experts du FMI, qui avaient déjà réduit leurs prévisions en décembre, ne s'attendent plus qu'à une hausse de 3,4 % de l'activité mondiale pour cette année et de 3,6 % pour la suivante. La perspective d'un ralentissement de la croissance ne peut pas laisser les marchés indifférents : elle est synonyme de révision à la baisse des anticipations bénéficiaires des sociétés et nécessite un réajustement, concrétisé par un repli des cours.

La seule question qui nous intéresse aujourd'hui est de savoir comment adapter son portefeuille à cette nouvelle donne. La réponse ne souffre d'aucune ambiguïté : lorsque la croissance ralentit, il faut s'orienter vers des valeurs de qualité qui résisteront mieux que les autres aux révisions à la baisse des résultats. Il s'agit aussi de s'astreindre à une discipline de gestion qui consiste à couper les positions prises sur les titres les plus spéculatifs, même s'ils ont déjà beaucoup baissé. Lorsque la morosité s'installe sur les marchés, les investisseurs n'ont pas le cœur à jouer les situations de retournement, ils préfèrent les "valeurs sûres".

Les publications de résultats qui vont commencer dans quelques jours pourraient leur donner raison. Il y a en effet fort à parier que des groupes comme Air Liquide, Essilor, L'Oréal, Danone, Capgemini, Rubis, Sanofi, Unibail-Rodamco, Vinci ou même Valeo ne décevront pas lorsqu'ils dévoileront leurs performances annuelles. Leur capacité de résistance dépasse largement les comptes de 2015, elle devrait s'affirmer au cours des années à venir, même si nous sommes confrontés à une crise de longue durée.
 

 
 
> Voir toutes les actualités