Actualités

 
 

17 May2016

Marchés financiers : l’étincelle viendra des résultats d’entreprises


Depuis le rebond des cours intervenu entre la mi-février et la mi-avril, les valeurs européennes semblent vouloir repartir à la baisse. À la Bourse de Paris, après avoir frôlé l'équilibre, nous affichons de nouveau un repli conséquent de - 6,9 % depuis le début de l'année.

Au jour le jour, la tendance boursière est toujours menée par l'évolution du prix du pétrole et les déclarations des banquiers centraux qui contrôlent le robinet de liquidités si cher aux investisseurs. Sur le fond, nous savons tous que les boursiers ne peuvent pas longtemps se contenter de jouer à cache-cache avec les banques centrales ou les opérateurs à terme sur les marchés pétroliers. Nous sommes en pleine période de publication des résultats d'entreprises, c'est sur ce point qu'il importe aujourd'hui de se concentrer pour bâtir une stratégie d'investissement.

Au premier abord, sur ce sujet aussi, les nouvelles n'ont rien d'excitant. Les États-Unis entament leur quatrième trimestre de baisse consécutive des bénéfices. En Europe, les analystes anticipent encore 1,7 % de hausse des profits, mais cette croissance attendue est la plus faible depuis 2009. Ces instruments de mesure de la rentabilité des sociétés sont en réalité trop généraux pour rendre compte du vrai potentiel bénéficiaire de nos entreprises. Si l'on exclut les secteurs pétrolier et bancaire qui pèsent très lourd dans les indices, les publications trimestrielles sont moins décevantes qu'il n'y paraît. Les estimations de profits ont été si fortement revues à la baisse qu'il existe même de la place pour les bonnes surprises.

Les CA publiés par de nombreux groupes comme LVMH, Hermès International, Danone, Capgemini, Orange, Altran ou Alten, montrent que nos entreprises continuent de progresser, même si leurs taux de croissance sont moins élevés qu'auparavant. Elles réduisent leurs coûts d'exploitation et améliorent leur bilan.

Le marché manque aujourd'hui de catalyseurs pour repartir franchement de l'avant, mais recentrer les portefeuilles sur des sociétés de qualité, capables d'augmenter leurs profits et de bien rémunérer l'actionnaire, constitue le meilleur moyen de laisser passer l'orage. Et de profiter actuellement de la période de distributions des dividendes.

 

 
 
> Voir toutes les actualités