Actualités

 
 

12 Apr2016

Marchés financiers : gare à l’excès de pessimisme

 

Pour les analystes de la société de Bourse Aurel BGC, "le contexte économique et financier n'est pas rose, mais prenons garde à ne pas tomber dans un scénario trop sombre". Cette analyse de la situation actuelle des marchés nous paraît tout à fait pertinente.

Le bilan boursier des premiers mois de 2016 n'est en effet pas brillant : le CAC 40 est reparti à la baisse au point de faire apparaître à nouveau un repli de plus de 7 % depuis le 1er janvier. En Allemagne, le DAX 30 affiche un recul de 11 % et aux États-Unis les indices ont du mal à se maintenir à l'équilibre.

Les sujets d'inquiétude sont de plus en plus nombreux. La situation dans les pays émergents reste préoccupante et les investisseurs doutent de plus en plus de l'efficacité des interventions des banques centrales pour soutenir la croissance. Cette semaine, Christine Lagarde, la patronne du FMI, a lancé une nouvelle alerte estimant que la reprise mondiale reste "trop lente" et "trop fragile" face aux risques croissants liés au ralentissement chinois et à la morosité des pays développés. Pour couronner le tout, de nombreux experts estiment que nous vivons sous la menace permanente d'une dévaluation de la monnaie chinoise qui aurait de lourdes conséquences en Bourse. Ce tableau des plus chargés alimente les hypothèses les plus noires. Les analystes d'Aurel BGC, souvent enclins à prendre le contre-pied du marché, font aussi remarquer que les mauvaises surprises sur les publications des indicateurs économiques sont en fort recul.

S'agissant des perspectives de profits des entreprises pour l'année en cours, elles ont été revues en nette baisse de part et d'autre de l'Atlantique et "l'euphorie" sur les projections de 2016 a totalement disparu. Le boursier aguerri verra dans ce pessimisme ambiant un potentiel de bonnes surprises, qui pourrait servir de moteur pour la hausse des marchés dans les mois à venir. Même si dans l'immédiat, la révision à la baisse des attentes bénéficiaires pousse les ratios de valorisation des actions à la hausse, ce qui incite encore plus à la prudence. C'est la raison pour laquelle dans ce numéro consacré à la "récap" trimestrielle de nos conseils sur les valeurs françaises, nous recommandons de conserver la plupart des titres détenus en portefeuille.



 

 
 
> Voir toutes les actualités