Actualités

 
 

11 Jan2016

Marchés boursiers : la Chine et le pétrole en berne

 

Au terme de la semaine qui s’est terminée mardi soir aux États-Unis, le S & P 500a perdu 2,97 % à 2 016,71 points.

Du côté des valeurs, l’action Apple a souffert d’informations du Nikkei selon lesquelles, entre janvier et mars, le groupe diminuerait d’environ 30 % sa production d’iPhone 6 et 6s Plus, ses derniers modèles, par rapport à ses plans initiaux. À venir en fin de semaine : les créations d’emplois de décembre, très suivies par la Fed et attendues à 200 000 par le consensus.

Mais c’est sans doute d’Asie qu’est venue la panique du début de l’année : s’il est remonté en fin de période, le CSI de Shanghai a cependant perdu 7,53 % en huit jours. En effet, les grands actionnaires allaient de nouveau être autorisés à vendre leurs titres à partir du 8 janvier. Mais Pékin a rassuré – façon de parler – en prolongeant cette étrange mesure qui fait presque de la Chine un marché long only. Notons que les indicateurs économiques chinois sont toujours mal orientés.

Au Japon, le Nikkei a perdu 4,43 %. En Europe enfin, le DAX, le plus exposé à la Chine, a reculé de 5,06 %, valeurs automobiles et chimiques en tête. Le FTSE n’a cédé que 2,81 %.

Du côté du pétrole, quid des tensions entre l’Iran et l’Arabie saoudite ? Si un conflit armé est peu probable, ces deux importants pays membres de l’Opep sont moins prêts que jamais à discipliner leur production. Ce qui explique en partie la baisse du Brent vers 34$, son plus bas niveau depuis 2004.

 
 
> Voir toutes les actualités