Actualités

 
 

15 May2015

Investir en Bourse pour le long terme

Cette semaine, nous analysons le portefeuille d'un abonné lyonnais fidèle à La Lettre depuis 10 ans maintenant.

Il a ouvert en 1992 deux PEA, un à son nom et un autre pour son épouse avec un investissement de départ de 28 000€ pour l'un et de 2 700€ pour l'autre. Cet apport initial de 30 700€ a fait des petits. La bonne gestion de notre abonné lui permet de dégager une plusvalue globale de 174 % depuis la création du portefeuille.


Une performance de longue haleine


Ce remarquable résultat démontre l'intérêt d'investir sur longue période. Cette stratégie a permis au portefeuille de passer outre plusieurs krachs boursiers et de se révéler un placement très rémunérateur. Dans le détail, la composition actuelle montre le soin apporté à la sélection de valeurs de qualité. Ainsi, parmi les titres affichant les plus beaux gains, on note la présence de Bureau Veritas, pourtant peu à la fête sur la dernière année, de Korian-Medica qui a pleinement profité de sa fusion dans un secteur en croissance structurelle et encore très atomisé, et de LVMH, champion français du luxe présent sur toute la planète. Loin devant ces lignes déjà très bénéficiaires, l'équipementier automobile Valeo se détache avec une plus-value de 262 %, portée par sa stratégie de déploiement international et de développement dans les technologies à valeur ajoutée. D'un point de vue sectoriel, on remarque la prédominance des biens d'équipements et matériaux, qui s'explique par la présence d'Air Liquide et de Saint-Gobain sur le podium des plus grosses lignes. De même, le secteur financier pèse près de 20 %, Axa étant la plus forte position, complétée par la présence de BNP Paribas et de Natixis.

Des ajustements à la marge

Cette part belle faite aux valeurs financières n'est pas vraiment récompensée au regard de leurs performances. On pourrait aisément concrétiser une fraction des bénéfices sur Natixis pour initier une position sur Ipsen par exemple, la pharmacie étant absente pour l'instant. Par ailleurs, les plus mauvaises performances du portefeuille émanent de deux petites valeurs. Leur poids est minime, mais on gagnerait sûrement en dynamisme en les remplaçant par d'autres midcaps, plus visibles et au momentum plus clair. Nous avons dernièrement conseillé de se placer sur Kaufman & Broad, ce pourrait être une bonne initiative dans ce portefeuille dépourvu d'immobilières. En général, pour les petites et moyennes capitalisations, il est préférable de se donner un objectif de gains puis de les concrétiser une fois atteint, afin d'éviter les déconvenues.

 
 
> Voir toutes les actualités