Actualités

 
 

28 Apr2015

Faire de la Bourse via l’assurance vie

Vous souhaitez miser sur les valeurs boursières avec une fiscalité allégée ? Le faire dans un contrat d'assurance vie est une idée à retenir.

Plus souple que le PEA, l'assurance vie n'est pas plafonnée en versements et toutes les valeurs mobilières, quelque soit leur place de cotation, sont admises.

Outre les contrats multi-supports qui permettent d'avoir une exposition boursière, quelques rares contrats d'assurance vie offrent aujourd'hui la possibilité d'investir en direct sur les marchés. Attention : beaucoup ne vous proposent qu'une liberté limitée... contre un ticket d'entrée élevé. Inutile également d'espérer jouer en Bourse avec votre contrat actuel sauf si par chance celui-ci est assorti de l'option adéquate. Ainsi, plus le spectre des marchés accessibles est large, plus les frais de gestion grimpent et la mise minimale élevée.
La gestion libre

L'option "gestion libre" est la plus novatrice. Parmi les rares contrats qui la proposent, citons Titres@Vie, lancé sur internet par Altaprofits et SwissLife Assurance et Patrimoine. "Ce contrat est avant tout destiné à l'épargnant souhaitant diversifier son assurance vie sur des titres vifs", prévient François Leneveu président du directoire d'Altaprofits. Il rappelle d'ailleurs qu'en cas de revente de ses actions, l'épargnant bénéficie d'une possibilité de repli sur un fonds en euros. Ceux-ci offrent des rendements, en diminution depuis plusieurs années, mais qui pourraient remonter une fois que les taux d'intérêt repartiront à la hausse. Un second contrat d'assurance-vie, B*Cap Libre Action, vous permet de gérer en direct vos investissements boursiers sur la plate-forme internet de la société.
La gestion sous mandat

En dehors de ces rares contrats, miser directement sur les marchés via l'assurance-vie nécessite de mobiliser des sommes importantes, et d'accepter une gestion très encadrée. Elle est en effet déléguée à un professionnel dans le cadre d'un mandat de gestion et elle est définie selon le profil de risque du souscripteur (3 à 4 profils types proposés, mixant actions, obligations et valeurs monétaires). Elle n'est donc pas personnalisée. On peut d'ailleurs s'interroger sur son intérêt face aux contrats multi-supports investis en OPCVM et assortis de frais souvent moins élevés.
La gestion dédiée

Si vous désirez une gestion plus personnalisée, vous opterez pour une gestion dédiée. Attention, le ticket d'entrée s'élève encore ! Chez Axa Private Management, le minimum est par exemple de 10 M€ ! Le client bénéficie alors d'une gestion actions sur-mesure.
 

 
 
> Voir toutes les actualités